Alger, le recyclage politique de Bouteflika. Quelle bouffonade !

Bouteflika a prêté serment sur un fauteuil roulant, suite à un Accident cardio-vasculaire qui l’a rendu impotent et inapte à la fonction présidentielle. Mais les bouffons du Roi assis, affaibli, fatigué et usé, veulent à tout prix maintenir le système et, par ce biais, se maintenir par la force et la fraude au pouvoir. Quand viendra l’autre révolution qui s’annonce en Alger, si ces bouffons ne quittent pas la scène d’eux mêmes, il sera temps pour ces bouffons de se préparer à leur tour à une succession d’AVC ou à regagner la prison.

Mais alors, qu’attendent les Algériens pour réagir aux mascarades électorales successives ? A Alger et majoritairement partout ailleurs en Afrique, les peuples sont comme tétanisés. Il y a la loi des cycles, la fin des idéologies et du débat politique et, pire, le modèle occidental pacifique et joyeux pour ne pas dire « gay et léger » qui a donné le coup de grâce aux âmes africaines déjà bien faibles, parlant beaucoup et agissant moins.

Leur excuse est l’absence de leaders organisés. A lui tout seul, un peuple ne peut mener une révolution, sans des têtes pour penser la stratégie, c’est comme la guerre. Que vaut une armée sans les officiers ? La malédiction de l’Afrique est que tous les dirigeants et têtes pensantes ont été achetés par le Pouvoir ou s’y sont ralliés docilement et facilement – au nom du fric et de l’individualisme – Les Africains sont donc impuissants à renverser la clique des imposteurs et autres incompétents qui les gouvernent, pour le pire.

Derrière le printemps Arabe, il y avait les Etats-Unis et l’UE pour aider à précipiter les choses, de l’extérieur, par des discours poussant les dirigeants à la porte : exemple  « Mubarak should go » (Obama et Clinton à l’unisson) et, de l’intérieur, par l’organisation et le soutien des milices : exemple Sarkozy et la CIA (Mc Cain) soutenant la rebellion de Benghazi qui a été portée au pouvoir, par un brigandage international. Au-dessus de tout ceci, le gel des avoirs a été proclamé et les portes de l’exil fermées. Même schéma en Syrie, mais là la manoeuvre avait déjà été mise à nu et le contre attaque a pu s’organiser.

Pour sortir l’Algérie des mains de ses bouffons, il faudra compter sur la loi des cycles que la mort prochaine de Bouteflika pourra enclencher. Dieu merci, nul n’est éternel ! Aucun système non plus. Mais que de dégâts il peut faire et de crimes impunis… Ainsi va l’Afrique : piteusement.

C’est pourquoi, il faudra des procès par contumace, pour que ces bouffons ne s’en tirent pas à si bon compte, devant l’Histoire au moins.

En savoir plus, El Watan. Bouteflika mise sur le même personnel politique : Elite recyclée pour «préserver le système».

Prochain article : les infamies de l’industrie chocolatière. France O : « Investigations »,  excellent format diffusé hier soir ». Journée internationale du Travail des enfants dans les plantations de cacao et trafic d’enfants déscolarisés. Nestlé, encore et toujours, Mars, Cargill et consorts.