Cambadélis, opportuniste, usurpateur et faussaire. Et le vote Ecossais.

Dans un pays  Normal, Cambadélis devrait démissionner, au lieu de faire le coup d’une transparence qui dit tout sauf l’essentiel : pourquoi obtient-il une dérogation pour le second cycle nécessaire à l’accès au troisième ?

C’est légal nous dit-il, comme ces législateurs (députés et sénateurs) qui embauchent leurs épouses en tant qu’Attachés parlementaires voire Assistantes diverses. C’est légal, vous diront-ils, sauf qu’il s’agit d’une interprétation dilatoire de la loi. Et très personnelle.

Dès lors que l’accès est vicié, le reste est annulé. C’était également le cas de Dati qui avait falsifié un diplôme lui ouvrant l’accès à l’école de la Magistrature. Probablement a-t-elle reçu le coup de pouce de Jacques Attali, à l’époque, l’un de ses multiples mentors. Comme Hollande, Sarkozy le savait.

Il faut appliquer la loi et si on l’appliquait, les diplômes de Cambadélis, comme tous ceux des autres usurpateurs, devraient être frappés d’annulation immédiate. Quant au cas du sieur Cambadélis, le président de cette Université devrait être sanctionné d’une manière ou d’une autre. C’est une honte, cette délivrance des diplômes de complaisance.

Où est l’Egalité républicaine ? Cette souillure de l’Ecole, lieu sacré de la République est un crime Républicain. C’est encore pire que Thévenoud. Quoi qu’il en soit, jamais, au grand dam jamais, ce personnage ne devrait concourir à une présidentielle.

Diplômes : opération « transparence » de Cambadélis. L’Obs.

SINON L’ACTUALITE A L’INTERNATIONAL C’EST LE VOTE ECOSSAIS

Le No est une victoire quantitative et le Yes est une victoire qualitative. En fait, personne n’a perdu et, curieusement, le No-Vote ne gagne rien, alors qu’ils sont déclarés arithmétiquement victorieux – selon les clous du suffrage universel –

C’est le Yes-Vote qui gagne, alors qu’il est déclaré perdant. C’est ce Yes-Vote qui contraint le PM Cameron à annoncer des changements constitutionnels et institutionnels rapides, dès Janvier, et la réorganisation de l’Union sur cette nouvelle base. Sous la menace d’une dynamique du Yes-Vote, le PM a fait des concessions dans ce sens, avant même le vote. Il s’engage à poursuivre et fait le serment de respecter cette promesse qui est désormais, un Devoir. C’est la principale information de ce vote pour le CHANGEMENT.

C’est un hasard heureux de voir que Londres et l’Afrique se trouvent confrontés au même démon du défi Institutionnel.

Amazon.com
Amazon.com

Le Yes-Vote obtient l’indépendance de l’Ecosse, alors même qu’ils sont déclarés perdants. 

La leçon est civilisationnelle et va au-delà de la démocratie : le vote n’est pas uniquement une affaire de chiffrages voire de décompte des voix. Les résultats d’une élection ne se lisent pas uniquement à la lettre, mais d’abord dans l’esprit. Le perdant quantitativement peut finalement être le gagnant, dès lors qu’il permet de faire un SAUT QUALITATIF VERS LE PROGRES.

C’est ce que Hollande avait raté ici en 2012. Le saut qualitatif. Mais il ne semble pas prendre le virage adéquat. C’est toute la différence entre la France et le Royaume-Uni où le pragmatisme et un minimum d’honnêteté prévalent sur tout le reste. Pensez-donc que le labour et les tories sont allés faire campagne main dans la main et ont prêté serment ensemble, c’est au Royaume-Uni qu’on peut voir une telle chose.

On aime ce Royaume-Uni. On l’a aimé toujours. Mais, il est devenu un ramassis de suivistes dépravés, de liquidateurs de l’esprit des lois et des prédateurs de ce nouveau capitalisme pillard, esclavagiste à souhait, allant jusqu’à faire des sujets de sa Majesté, des esclaves dans le Royaume. Au nom de la City et de la Finance-Roi. Comme le disait l’article venu du Canada publié hier, ce sont des socio-psychopathes de l’espace public.

En fait, derrière cette campagne, se jouait une autre : celle d’un langage politique codé entre les Observateurs/experts internationaux et le gouvernement de Londres. Oui, on aime le Royaume-Uni. Il est le pays à la pointe de la fin de l’esclavage faisant la police des mers. Jamais un Homme libre ne l’oubliera. Surtout pas un Africain ou un Black.

Malgré ses défauts et qui n’en a pas, le Royaume-Uni était à la pointe de la Morale en politique, du moins de ce qui en restait. Ayant abdiqué cette position, depuis la création de l’Etat d’Israel par lui, il n’a de cesse de protéger Israel et toutes les atrocités commises par ce régime de Tel-Aviv sont cautionnées avec le même aplomb à Londres.

Les US, pays belliqueux, nés dans la guerre ont trouvé en cet allié ayant perdu le Nord, un associé fiable dans la dollarisation du Monde. Depuis lors, le Monde va de mal en pis et les guerres n’ont plus cessé. Le Royaume-Uni, le gendarme du Monde a cédé sa place au nouveau gendarme, l’Amérique et nous y sommes. Nous nous trouvons avec une Amérique qui a voté hier l’armement des rebelles Syriens et leur entraînement dans les camps Saoudiens soi-disant pour s’en servir comme armes de combat contre Isis. Dans le même temps, il est établi que ces rebelles se sont déjà alliés à ISIS. Le double jeu du terrain va encore compliquer les choses au profit d’un objectif plus diabolique encore : réussir à retourner les forces coalisées de Isis et des rebelles Syriens contre le régime d’Assad pour le démolir.

Du reste, ils viennent du même moule d’Opposants à Assad. Probablement que le Califat finira en Syrie, à cette allure.  Les vidéos des scènes de décapitation semblent fabriquées pour justifier la guerre. Vidéos de propagande ?

Et Londres, et Paris soutiennent le plan diabolique. Seul le Législateur Américain Rand Paul alerte sur ce choix lamentable de son pays. Le lobby des armes lui se frotte les mains : la guerre est bonne pour le business et les dollars. Toutes les guerres, quel que soit le motif. Au même moment, hier, le président Putschiste, Poroshenko était reçu à la Maison Blanche et s’est exprimé devant le Congrès Américain pour lui demander de l’aide, en vue d’une confrontation contre Moscou en Ukraine.

Ce même président promet un statut spécial aux Ukrainiens de l’Est. On lui souhaite bonne chance.

Là où Londres parle aux Ecossais à mains nues, Poroshenko lui parle avec les armes.

Le débat démocratique était absolument passionnant à suivre en Ecosse. On a parlé de tout sans tabou. Bien sûr Londres a soufflé le chaud et le froid, a menacé parfois de couper les vivres aux Ecossais, s’ils votaient l’indépendance. Certains ont paniqué pour leur situation personnelle et ont voté Non. C’est la règle du jeu qui inclue tous les bluffs possibles. Bluffs et mauvaise foi comme celle dont a fait preuve l’Union Européenne menaçant de fermer la porte à l’Ecosse et du même coup à l’euro. La même Union Européenne est prête à accueillir Kiev en son sein, après lui avoir accordé un statut spécial. Mais dites-moi entre l’Ukraine et l’Ecosse, qui est la plus européenne ?

Et puis le coup du petit pays isolé, à la merci des requins qui rôdent était un peu gros. Mais, suffisant pour effrayer certains.

Enfin, il y a eu la menace d’une suppression des subventions aux agriculteurs et éleveurs qui ont paniqué et voté No. C’est une conséquence du chantage de l’Union européenne qui tient désormais certaines catégories par le fric. Mais enfin, qui ne voit que les subventions agricoles et d’élevage en Europe et en Amérique déséquilibrent fondamentalement le commerce international et désavantagent les agriculteurs et éleveurs des pays pauvres ? Et ce sont les leaders de ces mêmes pays européens et d’Amérique, à l’origine de ce déséquilibre qui vont plaider pour une réforme de l’OMC. Au fait où est -on de cette réforme de l’OMC? J’en étais restée au round de Doha. L’hypocrisie consistant à prôner une chose – l’équilibre du commerce – en pratiquant une autre – le dumping agricole et laitier – tout en jurant qu’on est prêt à faire de l’aide au développement est représentatif du Capitalisme castrateur (traité dans les 7 clés du développement en Afrique, voir plus haut) qui sévit actuellement. Les  éleveurs, les agriculteurs en Occident en sont réduits à penser ventre et porte-monnaie uniquement. Ce sont des choses qui dépassent l’Ecossais moyen. Après tout, chacun voit désormais midi à sa porte. C’est cela la véritable vulnérabilité et faiblesse. Les hommes ont perdu le Sens Commun et avec lui une vision de longue portée. Dans les zones rurales on a voté No. La peur du lendemain.

Le Monde (la communauté) avait choisi l’Union pour son côté suranné, mais unique au monde. S’il avait été autrement, la campagne aurait pris une autre tournure depuis longtemps. Mais, en cas d’indépendance, la communauté monde n’aurait pas boudé son plaisir pour une grande aventure. Pourtant, cette dernière semaine, il fallait faire payer le PM Cameron pour ses errements et son insondable mépris pour les Gazouis enfermés comme des bêtes dans un vaste parc animalier. Il fallait qu’il ressente dans toutes les fibres de son corps comment une famille Gazouie peut respirer, lorsqu’elle entend l’appel d’Israel lui annonçant que dans 5 mn, un raid va bombarder leur maison ou quartier et qu’ils ont 5 mn pour déguerpir vite fait avant le largage des bombes. Il fallait qu’il entende le son de cette sirène annoncer aux habitants de Gaza d’aller aux abris, car le tsunami Israélite est en route.

Quand on est dirigeant d’un Pays-Monde, alors Votre responsabilité est à la même échelle, car le monde est désormais un Global Village (Mc Luhan l’avait annoncé en 1967). Sa prophétie s’accomplit depuis les années 85-90.

Si David Cameron et d’autres leaders  néo cons ont passé des nuits blanches cette semaine et on pense que oui et rien que d’avoir entendu la plaidoirie heartbreaking de Cameron disant « Please, Please, stay together », je suis ravie tout comme il est soulagé aujourd’hui. Le plus grand ravissement c’est le CHANGEMENT CONSTITUTIONNEL QUI ANNONCE UNE GRANDE REFORME INSTITUTIONNELLE A VENIR POUR L’ENSEMBLE DU ROYAUME – BIEN AU-DELA DE L’ECOSSE.

Cameron avait promis le changement, lorsqu’il est arrivé au Pouvoir et on était content. Et puis, plus rien, jusqu’à ces derniers jours… A son actif, l’initiative de ce référendum. Alex Salmond gagne aussi : il a réussi à générer un engouement pour le débat politique sans pareil. Le taux de participation est extraordinaire 80 % à l’exception de Glasgow qui est à 75 %. Alex Salmond, le leader du Yes remporte une autre victoire en brisant le mur de glace des pouvoirs centralisés à Westminster dont plusieurs seront transférés au Parlement Ecossais renforcé. Serment du Trio : (Ed Miliband (Labour) ; Nick Glegg (Libéraux Démocrates) et David Cameron (Conservateurs) à l’appui.

Il fut un temps où le Royaume-Uni était à la pointe de la lutte pour la liberté. Où est passé ce Royaume-Uni ? Glasgow, le centre de l’Ecosse a voté OUI.

GOD SAVE THE QUEEN.

DERNIERS DEVELOPPEMENTS

Le Premier Ministre Ecossais, Alex Salmond, porteur du Yes vote démissionne. Les Yes voters sont orphelins aujourd’hui. Mais demain est un autre jour. Il faut dire qu’une chose est de perdre le vote, l’autre est d’assister impuissant aux basses manoeuvres dont ont fait preuve et Westminster et l’Union Européenne qui se sont surpassés dans les menaces de mort du peuple Ecossais, s’il lui prenait l’envie de poursuivre leur chemin seul. L‘UE et Westminster ont fait de l’anti-jeu. Pendant 2 ans, l’UE et Londres ont presque ignoré ce référendum, regardant les choses de loin. Puis est venue l’alerte de l’incertitude du scrutin. Londres a vite fait de céder les pouvoirs exceptionnels que l’Ecosse (Alex Salmond) demandait depuis longtemps sans succès. Ils ont coupé l’herbe sous le pied d’Alex Salmond. Dans la foulée, Londres a menacé avertissant qu’il n’y aurait aucun partage de la livre, des affaires étrangères, des passports, bref… L’Ecosse devait se préparer au pire, s’il lui venait des envies d’indépendance. Quelque part, les électeurs ont été manipulés et le vote corrompu : Alex Salmond l’a donc mauvaise. Les électeurs ont été dupés. Terrorisés presque et soumis à une forme de stérilisation élective.

Le Yes est tombé sur le piège de l’Economie et du Business as usual qui ont fait monter les enchères sur les risques en cascades que comportait le vote Yes pour l’économie Ecossaise.

On a créé l’économie pour l’homme. Voici finalement que l’économie est devenue son Enfer. Sa limite. Sa finitude. Très instructif.

L’Union Européenne ne s’est pas gênée pour ajouter au trouble et accentuer l’angoisse des Ecossais : au moment où Cameron promettait l’Enfer sur terre aux Ecossais, Barosso et ses lieutenants ont dit qu’ils fermeraient la porte à toute demande d’adhésion de l’Ecosse à l’Union. La stratégie de l’encerclement a aidé au No vote. Ce qui fait déjà dire que, contrairement à ce qu’on peut penser, il se peut bien, qu’une fois les pouvoirs transférés à l’Ecosse, autonomisé ; un nouveau référendum soit à l’ordre du jour pour cette fois-ci voter sans influences toxiques extérieures. Doit-on craindre un boomerang au lendemain d’une élection tronquée et d’une Victoire à la Pyrrhus ?

C’est l’éternelle question : la fin justifie-t-elle les moyens ?

FRANCE – UMP

SINON L’INFO DU JOUR EST LE RETOUR DE NICOLAS SARKOZY. LIRE LE POINT : NICOLAS SARKOZY ANNONCE SON RETOUR.