Départementales Mars 2015 : la renaissance politique en France. Ground zero.

Et si on cogitait un tout petit peu en terminant le propos entamé hier sur l’Oréal de façon à mieux cadrer les choses sur la renaissance et le marketing publicitaire.

Commençons par le contexte global.

Qu’est-ce qui a poussé l’Oréal à sortir les clichés boutonneux de B ?

Dans un article, j’avais écrit qu’une femme qui a tout son temps, soit 8 heures par jour pour faire son sport et les soins corporels ne pouvait que rester jeune longtemps et pourrait même concourir au concours de Miss Universe. Je le pense toujours. C’est d’ailleurs le fondement du concept « sois belle et tais-toi ». Franchement, soins corporels intenses et en instituts, régimes avec suivi des nutritionnistes, sport coaché et micro chirurgies esthétiques, voire injections à l’acide hyaluronique, plus compte en banque bien fourni et plus mec si affinités, et sans maternités pour certaines… si avec tout cela, on ne reste pas belle longtemps et sans défauts, c’est à ne plus rien comprendre.

L’Oréal a voulu me prouver le contraire en sortant les photos de B. en mode ravagé – je conteste le procédé, même si je comprends la réponse et je suis d’accord que « ça fait plus que négligé à ce niveau de célébrité et de richesse ; ça n’a pas lieu d’être», mais cela ne contredit pas le théorème sur le mode d’emploi du corps parfait –  lesquelles photos ont vite fait d’être comparées au corps parfait de Cindy Crawford. 30 ans contre 48 ans, l’histoire en a conclu que la plus belle était CC. Des articles de la presse people ont relaté le concours sur médias sociaux qui consacrait le résultat que je viens de vous indiquer.

Il faut toujours contextualiser les faits.

J’ai trouvé le comportement de l’Oréal scandaleux. Soit, ils sortent toutes les chutes (photos rejetées) de toutes les stars passées chez eux, soit ils ne le font pas.

Pour tout dire, je suis contre le procédé, car ils se sont engagés à ne pas le faire, auprès de la star. C’est certain. Probablement même que cela était la condition du shooting.

Maintenant que le mal est fait, allons plus loin. Lorsque j’entends dire « la renaissance » par des auteurs qui pratiquent la flibusterie, mon sang ne fait qu’un tour.

La renaissance rime avec l’Excellence.

C’est une Révolution Culturelle, excellemment reprise par Mao en Chine.

C’est un saut qualitatif. Si les Princes Florentins ont soutenu les artistes d’exception, c’était pour que ces derniers fassent rayonner la cité, lequel rayonnement profitait à tous et au Savoir Monde. L’explosion des arts était une éclosion des talents. Et le mécénat a fonctionné comme un incubateur.

Un, je note que l’Oréal ne fait pas dans le Mécénat et sa Fondation est inexistante sur la scène internationale voire publique nationale. On aimerait en savoir plus. Peut-être suis-je sourde. Auquel cas, pardon.

L’Oréal et la renaissance c’est en rapport avec la gamme de ses produits de mise en beauté – je n’ose pas dire mise en plis – et de maquillage. Fonds de teint, rouge à lèvres, soins du visage, vernis à ongles, coloration des cheveux, fards à joues et à paupières, poudres, etc…

C’est que le groupe fait l’éloge de ses pigments, couleurs et autres huiles qui  brilleraient par l’excellence de leur composition et de leur tenue voir effets spectaculaires. La société du spectacle donc.

Il est possible que le groupe fasse une translation entre ses composants et les couleurs des peintres de la Renaissance. Couleurs explosives et magiques. La tentation est forte de comparer les palettes de maquillage avec celle des peintres et d’établir une équivalence entre les laborantins de l’Oréal et les Boticelli et autre Michel-Ange. Un peu comme le café San Marco.

Une fois qu’on a dit cela, il est permis de dire que le quattrocento a vraiment changé la face du monde. On voit bien que l’Oréal joue aussi sur ces mots-là. L’Oréal ne prétend pas changer le monde, mais la vie.

Dans renaissance, il y a la vie et la croissance.

Dans renaissance, il y a aussi la naissance. Donc, les cheveux qui retrouvent la santé et la brillance et qui se remettent à pousser, c’est comme une (re)naissance. Pourquoi pas ? Après tout, soyons belles. La renaissance c’est la beauté.

Simplement, long ou court, le cheveu n’est pas vraiment la marque d’une beauté (re)naissante. Beaucoup de bébés naissent sans cheveux et ils sont très mignons. C’est pourquoi le cheveu ne peut pas – à proprement parler – renaître, ceci n’est pas son cadre de pertinence. Il peut repousser.

Mais, laissons tout ceci de côté, ce qui m’intéresse est le suivant :

Si l’Oréal exige l’excellence, pourquoi ont-ils fabriqué une fausse B. à la peau lisse de bébé en maquillant outrageusement son visage criblé d’acné ? Comment l’Oréal peut-il revendiquer l’excellence en démontrant par A plus B qu’ils font dans la publicité mensongère à outrance ? Qui nous dit que les autres modèles n’ont pas été manipulés ?

Le mensonge et l’excellence ne vont pas ensemble.

Si l’Oréal revendique la renaissance, où est-elle, en dehors des produits de maquillage qui lui profitent et non au monde dont le groupe veut et prétend changer la face ?

Qui l’Oréal soutient-il de façon remarquable ? Qu’ils ne répondent pas « l’UMP » ? Cela relèverait de la sénilité, ce qui est contre leur positionnement « jeunesse éternelle, glamoureuse et conquérante ».

Je dois me confesser ici : je suis une femme l’Oréal. J’aime particulièrement leurs fond de teint « Infaillible » avec son pinceau intégré et leur poudre libre « accord parfait ». Les pigments sont réflecteurs et captent la lumière. Je leur mets une mention spéciale pour cela.

L’excellence il faut la revendiquer en tout. Pas uniquement dans le commerce.

Dans l’actualité. La renaissance politique en France.

Les départementales. 22 et 29 Mars 2015. Ground zero.

A présent qu’on connaît le projet qui est de retrouver cette société qui recherchait l’Excellence.

Quels sont les moyens que l’on se donne pour cela ?

Qui va-t-on élire pour redessiner la nouvelle France ? Je vous conseille, si vous êtes à Paris, une visite au Louvre du côté des peintures de la Renaissance. Vous en ressortirez ébloui et comme régénéré. Un peu comme le cheveu de l’Oréal. La régénérescence fait du bien et donne de nouvelles idées. Allez dans la grande salle où est exposée la Grande Odalisque en grand portrait. C’est magnifique. Son visage est celui de l’amour.

Comme tout nombre d’or, il porte le sexe masculin depuis la base de son cou jusqu’au visage. Vous y verrez en creux, l’acte sexuel que vous ne verrez pas à l’œil nu : une verge en fait. C’est une formidable métonymie. Mon dossier de licence dont je vous parlais hier – lire billet précédent – démontrait cela avec un contour net et sans ambiguïté.

Tout est dans le visage et le cou à savoir la tension de la vie et de la renaissance en puissance. Je suis d’accord pour la renaissance de la peau, car le bébé a une peau douce et flawless.

La culture est le siège de la passion partagée.

Malheureusement, nos artistes actuels sont loin, très loin de cette passion partagée. Leur réputation est inversement proportionnelle à ce qu’ils apportent et donnent. Et ça c’est très triste, car ça en fait des « parasites médiatiques » plus que des forces régénératrices.

Allez au Louvre et essayez-vous à l’exercice que je viens de vous indiquer.

Si vous passez par la Joconde, souvenez-vous aussi de cet autre nombre d’or révélé sur le sourire qui est prélevé de la ligne dessinée par la colonne vertébrale d’un amant de Léonard.

Quand vous voyez toutes ces choses-là, vous ne regardez plus les gens et les choses de la même manière. Là, vous commencez à voir clair.

A partir de maintenant, je vous laisse cogiter pendant une semaine.

Et notez bien la date du 22 Mars sur votre agenda.

Entretemps, vous pouvez acheter un gloss l’Oréal. Je ne suis ni sectaire. Ni raciste.

Bonne visite du Louvre.