Immigration nouveau cru : Après le pillage des matières premières, voici venu le temps du pillage des cerveaux.

La France des paroles mielleuses et pieuses a encore frappé. Malheureusement, il y aura toujours des gogos pour boire tout ce fiel.

Après la « découverte » de ce qui saute aux yeux : les fraudes à l’AME ouverte aux talents de la fraude en matière d’immigration ; détail qui illustre oh combien l’immigration en France est en errance, voici le nouveau Graal : « Immigration : la France se lance dans la chasse aux talents : Le projet de loi sur l’immigration sera en Conseil des ministres le 16 juillet. Il crée un « passeport talent » pour les chercheurs et créateurs d’entreprise », titre les Echos.

La France des paroles mielleuses et pieuses a encore frappé. Celle qui fout le bazar et l’entretient dans les pays d’émigration, en Afrique notamment et qui se propose de jouer les Bons Samaritains de cirque rencontrés malencontreusement au détour d’un spectacle sur la scène internationale. Il est symptomatique que la chose soit annoncée au lendemain de l’autre cirque nommé BNP Paribas, la banque reine du racket des petits clients Français en France laissés à la merci des mercenaires de la banque. Au même moment, ce gouvernement lâcheur des citoyens sur son sol vole au secours des crimes et fraudes diverses de la banque à l’étranger. La permissivité est à son paroxysme.

Alors, on camoufle tout cela par des offres de dernière minute, dites de générosité des pays à qui on a vendu du souffre en guise d’opérations bancaires.

Clandestin, un Destin. Livre
Clandestin, un Destin. Livre

Du clandestin au nouveau talent : la légalisation de la clandestinité – livre – cliquez sur l’image.

Comme c’est rigolo. La France qui va offrir des passeports de talents…aux chercheurs étrangers et autres entrepreneurs. La belle affaire des comptoirs coloniaux. La France est coloniale de part en part. Avis aux futurs « talents » et autres bisounours du monde des brebis égarées.

Un. La France ne connaît et ne reconnaît qu’une seule facette du talent : le sien, bien blanc.

Deux. La France ne connaît pas ce qu’est le mérite, en dehors de ce cadre colonialiste réflexif.

Trois. La France se sert de tout ce qui est immigration, et la Gauche en particulier, pour ses visées électoralistes.

Quatre. La France se sert de l’immigration, comme compensation de tous les crimes commis dans les pays d’origine de ces gens appelés ici et/ou tolérés en toute connaissance de cause. Cf le livre annoncé de Gbagbo qui avoue avoir financé la campagne électorale de Mr. Chirac avec De Villepin en entremetteur. Vous comprenez alors le pourquoi du soutien indécent et impromptu de ce dernier pour un Sarkozy compromis jusqu’au cou avec l’affaire Bygmalion, l’affaire Karachi, l’affaire Kadhafi et le coup d’Etat qui a placé Ouattara, perdant de l’élection, à la tête de la Côte d’Ivoire, au bout d’une guerre civile éclair qui a vu des villages entiers brûlés et des corps  des villageois surpris par le feu, calcinés. Tout cela pour écarter Laurent Gbagbo, le Président qui en savait trop sur les présidents Français et sur un Sarkozy qui n’a fait que reconduire les méthodes mafieuses du clan (1). Dégoût total. On comprend aussi pourquoi il était urgent de tuer le colonel Kadhafi, afin d’éviter des révélations mondiales catastrophiques. Tout ce sang sur les mains des dirigeants occidentaux… Quand on voit l’Irak, on ne sait même plus quoi penser.

Lire dans Yahoo. Laurent Gbagbo règle ses comptes avec Sarkozy et Hollande.

Cinq. La France regorge de talents méprisés, d’un vivier de chercheurs et de créateurs ignorés superbement et abandonnés en zones périphériques. Même que c’est le Qatar qui s’en occupe maintenant et les groupes dits identitaires qui combattent en Syrie et en Irak apportent de l’aération à ses jeunes dont la vie n’a ni sens, ni saveur en France. Si vous vivez en France et que vous êtes étranger, pour vous en sortir, vous n’avez d’autres choix que la Fraude ou le trafic. En conséquence de quoi, le trafic et la fraude ont de beaux jours devant eux en France et la France le sait et ferme les yeux, car si elle sévit trop, et applique la loi, ce qui est trop, compte tenu de son « colonialisme ambiant et gouvernemental », alors, il y aura de la casse, mais alors, de la vraie.

Un autre Mai 68 plane comme une Epée de Damoclès sur la France. Elle (l’épée) s’appelle Explosion des Banlieues.

Venez, jeunes talents et autres Templiers du monde en France, prenez les passeports qu’on vous offre, établissez-vous et organisez votre trafic. Vous êtes en Terre internationale du vol, du racket et du trafic organisé, autorisé et stimulé (2) par le gouvernement .  C’est vrai, les Sarkozy appelaient cela : « l’immigration choisie ». 

Acceptez ce passeport miraculeux et mirage et faites venir votre famille pour qu’elle se soigne gratis, vos parents toucheront une retraite sans avoir jamais travaillé en France, vos époux sous mariages blancs percevront une indemnité d’invalidité en vivant entre la France et l’Afrique, le plus souvent en Afrique qu’en France et, là-bas, ils se remarieront et feront d’autres enfants qui deviendront ipso facto Français…. et Vive l’immigration aveugle, vive la France !

Tu parles d’un pays qui organise la merde comme personne.

L’immigration est un bazar complet. On n’en parle pas, on ne l’ordonne pas, au contraire, pour brouiller les cartes et la vue, on procède par l’enfumage et la poudre aux yeux. Pendant ce temps-là, la France soutient les présidents qui appauvrissent l’Afrique en la mettant à la merci de tous les pilleurs du monde. Tous ces pilleurs de l’Afrique vont collectivement décider de qui a le talent et de qui ne l’a pas. Un exemple dans l’actualité : lorsque les supporters des équipes africaines font les voyages à l’étranger pour soi-disant soutenir leurs équipes nationales, il arrive que certains et même des joueurs faussent compagnie à leur collectif et disparaissent dans la nature, avant le retour au pays.

Si le PS en coma veut booster Marine le Pen, en énervant les Français, pourquoi faire semblant : il faut annoncer une alliance dès à présent entre le PS et le FN. Du nerf, Mr Sournois. Putain, encore 3 ans de ce merdier ! Bon courage à ceux qui tiendront cette farce sur cette durée où chaque jour annonce le pire.

L’heure n’est plus à l’immigration sauvage, même blanchie, mais aux retours éventuels et au développement des nations et des peuples chez eux. La France veut aider les talents ? Qu’elle aille le faire chez eux avec eux. Ce truc annoncé n’est ni plus ni moins qu’un pillage des cerveaux, si d’aventure cela pouvait avoir un peu de sens.

Ceci étant dit, les Africains aiment la facilité et les miroirs aux alouettes. Qu’ils prennent donc ce visa vers leur propre prison : la France. Après tout, ils ont une courte vue et des besoins primaires. Stade de l’Evolution oblige.

BRASIL 2014 . LE CAMEROUN PREND UNE BONNE RACLEE 4-1 – AVEC UN SUPERBE NEYMAR AU FIRMAMENT DE SON ART. UNE ETOILE EST NEE.

Prévisible et redouté. Que dire ? Quand ils arrêteront de se mentir à eux-mêmes ; quand ils accepteront de se regarder en face ; quand ils comprendront ce que veut dire le respect de son frère et de l’autre et l’amitié que cela exige  – pousser Neymar dans le dos, hors de la surface de jeu, au point de le faire tomber, était un geste imbécile ; quand ils comprendront que la fraternité est le creuset de la force ; quand ils comprendront que le maillot national est à prendre plus au sérieux que leurs clubs respectifs dans lesquels ils évoluent ; car c’était cela les Milla et les Eboué et les Manga Onguene et les Nkono, les Biyick, et les Bell.

Quand et quand…

Mais peut-être est-ce tout simplement Homérique de le leur demander. Cela les dépasse, ils ont été éduqués au mirage de l’Occident et à l’Inertie locale africaine. Entre les deux, ils font ce qu’ils peuvent (3).

J’ai une question pour le Président du Cameroun : si son équipe a mordu la poussière lamentablement, est-ce la faute à la double nationalité des Camerounais d’origine ?

Toute cette médiocrité sans fond a bien une origine : avoir délégué l’avenir d’un pays et la formation des esprits à une entité seigneuriale lointaine qui vend du vent aux africains en les prenant par derrière : la France.

Fucking !

————————————————————————————————————

(1) Lire un autre cas dans le Nouvel Obs. Affaire Karachi : une enquête sur Edouard Balladur et François Léotard – En ce qui concerne Edouard Balladur, la commission d’instruction de la CJR (Cour de Justice de la République) va se pencher sur les rétrocommissions sur des contrats d’armement susceptibles d’avoir financé sa campagne présidentielle en 1995, mais aussi sur d’éventuels détournements indus des fonds secrets de Matignon, a précisé la source. 

Edouard Balladur a réaffirmé lundi que sa campagne présidentielle de 1995 avait été « financée dans le respect de la législation en vigueur ».

Ca c’est ce qu’on dit tant qu’on n’est pas encore pris la main dans le sac. Affaire Karachi. Suivez le lien.

(2)  – Il parait que l’Etat veut stimuler les élèves par l’orientation. Ayant écrit un texte là-dessus et l’ayant prescrite, cette orientation, je suis stimulée par ce qui attend les futurs récipiendaires des cartes talents pour les chercheurs. Voici ce qui vous attend, amis chercheurs : vos idées seront pillées et la source tue. C’est ça le propre même du pillage : je vole ce qui ne m’appartient pas, je me l’approprie et je tue l’auteur, symboliquement parlant. Les voleurs de poule n’ont pas d’âmes, ni de morale. C’est leur nature de n’être que cela.

La France ne peut déjà pas financer ces PME, ce sont les PME des talents venus d’ailleurs qu’elle pourra financer ? Tout ceci c’est du pillage de matière grise déguisé. Ni plus, ni moins.

Lisez la société scolaire – chapitre ici et vous comprendrez d’où vient la stimulation par l’orientation. Aux futurs talents étrangers de France, je dis bienvenus au club des pillés. Vous allez morfler, mes petits, quand vous verrez des tonneaux vides gouvernementaux parader avec vos idées. 20 ans de militantisme et de postes et rien de significatif au compteur.

(3) –  Du temps du prédécesseur du président du Cameroun actuel, il n’y avait pas d’opposition politique possible ; c’était le parti unique et pourtant le sentiment d’unité nationale n’a jamais été aussi fort tout comme le patriotisme. L’Etat camerounais respectait son engagement décennal vis-à-vis des étudiants envoyés à l’étranger pour études, qui rentraient y apporter leur expertise au pays, après leur formation financée par l’Etat.

Ahidjo parti, le même Etat camerounais a été déclaré en faillite – avec 2 000 (Deux mille ) milliards de FCFA [avant la dévaluation de Balladur, tiens donc où le CFA a perdu 50% de sa valeur en 1994], déposés en Suisse par l’Etat camerounais sous Ahidjo et non comptabilisés par le FMI, au moment de ses Programmes d’Ajustements Struturels et pour cause, sait-on si cet argent a été restitué ? Je tiens l’information d’un ancien Directeur des Opérations de la SNI (Société Nationale d’Investissements) qui est l’opérateur de l’Etat, en matière d’Investissements étrangers et de gros projets.

L’information m’a été communiquée, lors d’une audition des personnes-ressources, au cours de mon récent déplacement au Cameroun, il y a trois mois, à propos d’une contribution à une publication de l’Institut Panafricain du Développement (IPD, organisme des Nations-Unies dont le Secrétariat Général est à Yaoundé, avec statut diplomatique). L’IPD a plusieurs agences en Afrique : celles de Yaoundé et du Burkina Faso ont ce statut diplomatique.

L’Institut envisage une publication courant fin de l’année sur l’avenir du développement en Afrique ; un développement que les acteurs veulent décent et durable. Quoi de plus naturel. Les contributions seront validées ou pas par un groupe d’experts occidentaux, du côté des pays de l’Europe du Nord ; il est dit qu’ils retiendront les contributions qui se distinguent par leur originalité. Il y a un canevas détaillé sur le nombre de pages, de mots, etc…

J’ai rigolé.

Question originalité, dès le résumé, on en demandait deux : un en anglais et un autre en français, les contributions pouvant être rédigées dans une de ces deux langues, dès le résumé, le Secrétaire Général a sursauté. Il m’avait pourtant dit qu’il fallait laisser libre cours à sa pensée, j’avais insisté.  Voici sa réaction : après un soupir, « il a dit nous sommes un organisme diplomatique, nous ne faisons pas de politique ou plutôt nous n’interférons que par la suggestion » dans le genre, « si vous voulez bien… ». Donc, rien que le résumé faisait déjà peur, par sa tonalité, pensez-donc pour la suite.

OK. Comme tout compositeur qui se respecte, malheureusement, ce qui est écrit est écrit et il ne faut rien y ôter, sans s’assurer qu’on ne perd pas la respiration de l’oeuvre.  Quand j’ai terminé un texte et que la voix intérieure me dit qu’il est en équilibre, alors, on n’y touche qu’avec trop de précaution. Mais, sur le coup, j’ai pensé « Ah bon, je comprends enfin la frime des organisations diplomatiques au Cameroun, roulant dans leurs grosses Mercedes quasiment blindées, on dirait des Boeings de route. Les diplomates sont là pour cirer les pompes aux politiques. Formidable me suis-je dis. Moi qui espérais qu’ils avaient les moyens de leurs missions ». Bref, ceci est une histoire à venir.

Reprenons le propos de ce billet. Ahidjo parti, le même Etat camerounais a été déclaré en faillite. Cet Etat post-Ahidjo a dénoncé tous les engagements décennaux y compris ceux qu’il avait lui-même signés. Il faut quand même signaler que ce président Biya a étudié en France tout comme la majorité de l’élite africaine a été formée à l’étranger. Et on leur a permis de rentrer. Mieux, on leur a confié les grands postes de l’Etat. Et que font-ils aujourd’hui ? Ils bloquent les retours de ceux qui sont appelés à les remplacer. INEVITABLEMENT. C’est la loi des cycles : ils ont  pris le relais à une époque. Il est temps de le passer ce relais. Fin de cycle.

Or, j’ai précisé, dans ce rapport, que le retour de ceux de la diaspora africaine qui sont formés et qui le souhaitent fait partie des conditions obligatoires d’un développement décent et durable en Afrique. Notion qui implique la reconnaissance de la double nationalité de facto. Plus exactement, cette notion même de double nationalité devient non pertinente, au regard du sujet et de son objet. Mieux encore, la nationalité supra africaine doit entrer dans les moeurs. Ca veut dire qu’un Africain doit pouvoir se sentir partout chez lui en Afrique, dans un avenir proche.

Sous Biya, le parti unique a été dissous pour mieux renaître sous un pseudo multipartisme. Il y a une liberté d’expression factice et, lorsqu’elle est réelle, les acteurs voient leur carrière stoppée net par le fait du Prince et les difficultés s’abattre sur eux sans fondement. Du coup, il y a un semblant de liberté qui dissimule le retour du silence, de la peur et de la dictature gouvernementale. On a alors affaire à une élite aux ordres sous le joug de la corruption et de la kleptocratie généralisée. Le sentiment national s’est amenuisé jusqu’à l’invisibilité tant le peuple est laissé à lui-même dans un sauve-qui-peut général qui ouvre un boulevard d’égoïsmes et d’insécurités mortel.

LE JOUR D’APRES – BRASIL DE NOUVEAU  COTE D’IVOIRE ET ITALIE OUT. TOMBES DANS LEUR PROPRE PIEGE.

Qu’est-ce qui a manqué à la Côte d’Ivoire pour se qualifier aux quarts alors que c’était bien parti pour ? Réponse de son sous-capitaine au micro de Being sports « rien, c’est entièrement de notre faute, nous avons fait beaucoup d’erreurs et nous sommes très déçus de cela ». Voilà ce qui arrive lorsqu’on choisit une tactique paresseuse consistant à protéger un score : le match nul. Du coup, en jouant défensif, en arrière donc, on s’expose à la pression de l’adversaire, dans son camp, et, pour peu que ce dernier soit percutant, ça finit par passer.

LA COTE D’IVOIRE ET L’ITALIE ONT OUBLIE LA REGLE D’OR A SAVOIR QUE LA MEILLEURE DEFENSE C’EST TOUJOURS L’ATTAQUE ET EN AVANT.

Le gag du match, c’est l’intox du gardien Ivoirien qui défie le tireur du penalty accordé à la Grèce, quasiment dans les dernières secondes du match. On a maintenant l’habitude du défaut de concentration jusqu’au bout des africains. Dans le style « je vais arrêter ce penalty », la danse des filets derrière ce gardien était la réponse du tireur, disant au gardien de but « arrête si tu peux ». Tir sans pitié et aucun regard du tireur – parti savourer une victoire bien méritée – en direction du malheureux gardien de but écroulé, pour avoir perdu son défi illico.

Bon Prince, plus tard, le tireur a ressenti de la pitié et est venu donner une tape amicale au gardien toujours sonné.

Anecdote  encore. Quand les Africains jouent contre l’Allemagne ou que je soutiens la Hollande et que je reste sur une position neutre du genre, j’attends un miracle des équipes africaines pour voir, les ex sans papiers et aventuriers des mers  – c’est une image – sont stupéfaits. Pour eux, il ne sera jamais question d’aimer la Hollande ou l’Allemagne : « ils sont trop racistes ; ils nous ont chassés de chez eux, avant qu’on atterrissent en France. De plus, là bas, si vous ne parlez pas leur langue, il n’y a pas de régularisation possible ni nationalité ».

Les mêmes sont quand même surpris de voir des naturalisés français dans leur entourage qui parlent mal le Français comme eux. Et moi d’objecter que le sport doit rester en dehors de la politique et des questions de l’immigration : un moment de convivialité.

Ils insistent que non, jamais ils n’oublieront.

Et moi d’objecter encore que la France a tort de donner les papiers à des personnes qui n’ont pas appris la langue et qui font des fautes de français grossières. D’une manière générale, systématiquement, le « la » remplace le « le » et vice-versa. Du coup, lorsque c’est juste, c’est un peu par hasard. Je leur dis qu’ils confondent « racistes » et « exigeants ». Eux, ils n’en démordent pas et, en plus, ils sont fâchés et ont raison.

Et là, je me dis « voilà la France où les clandestins exigent des papiers et s’ils ne les obtiennent pas, c’est que vous êtes racistes, comme les Allemands ou les Hollandais ». Ou Comment le Hors-la-loi impose à la Loi, ça fait sourire et cela donne une indication de leur osmose avec le lieu France qui leur fournit un reflet concordant avec leur fonctionnement.

Et pourtant, quelque part, ils ont raison de penser qu’ils sont injustement traités, comparativement aux autres de condition identique et qui ont eu leurs papiers. La loi doit être la même pour tous, estiment-ils. Et force est de constater, qu’à ce jeu-là, ils gagnent, quels que soient les moyens, y compris à l’usure du temps.

Laxisme quand tu nous tiens.