Jeunes filles enlevées du Nigéria. Boko Haram souffle le chaud et le froid.

Annoncée par  le gouvernement Nigérian pour mardi dernier, la libération des jeunes Nigériannes n’a pas eu lieu. Au grand dam du Monde Entier, même si certains pseudo-humanistes sortis de nulle part, c’est-à-dire à la faveur d’un passage éphémère dans un haut lieu du pouvoir et tombé du ciel, par le plus grand des hasards, pensent pouvoir s’approprier des actes de combat sur les violences faites aux femmes  en Afrique, en Haïti et un peu partout dans le monde.

Découvrir l’humanitaire, que certains ont vite fait de transformer en porte -étendard et en divine poule aux oeufs d’or, en…2012, c’est bien, mais c’est zéro à l’échelle de l’histoire de l’humanitaire de ces 20 dernières années, si on ne prend que cette échelle microscopique de l’humanitaire. Certaines personnes ont le don de transformer leur hypothétique statut très éphémère et hasardeux en pont de revendication de nouveaux statuts de prestige, histoire de se constituer un beau pactole rentier.

Quoi de plus facile que l’humanitaire ?

De tous temps, les premières dames de l’Histoire des Nations ont fait dans l’humanitaire et/ou du Social. C’est l’essence même de la fonction. Même au Cameroun, où Chantal Biya est elle-aussi une Cosette, sortie de nulle part et arrivée là par la grâce de Dieu qui se confond au Cameroun avec le complexe petit noir à l’égard du Blanc ou des peaux blanches voire métissées – l’autre code Nègre – même cette jeune Chantal, ayant un niveau d’études faible, fait dans le social et a créé une fondation pour l’Hôpital qu’elle préside et qui vient en aide aux femmes dans leur parcours de santé : maternité, dépistage de cancers de sein et utérin, etc, etc…

Mme Odinga, ex épouse de l’ex PM du Kenya avait une ligne téléphonique et un réseau web pour communiquer avec toutes les jeunes filles scolarisées du pays. A tout moment, chacune de ces jeunes filles pouvait la contacter. C’est ainsi qu’elle animait ce formidable réseau* d’éducation des jeunes Kenyannes. *(le mot réseau avait été oublié. Cela arrive lorsque l’esprit court plus vite que la plume).

Mme Chirac a fait les pièces jaunes à ce même effet en aidant les enfants atteints de maladies longues, cancer et autres dans les hôpitaux de France.

Michelle Obama a combattu l’obésité des jeunes Américains pratiquement à mains nues, pour donner une idée de son investissement. Elle y a ajouté des cours de culture d’un potager pour familiariser encore plus les enfants aux plaisirs de la consommation des légumes. Des enfants ont été invités à la Maison Blanche, pour des séances d’Education au Bien Manger « grandeur nature ».

Des exemples comme ceux-ci sont légion et pas une seule de ces authentiques premières dames et non leur fac-simile n’a fanfaronné ni n’en a fait un fonds de commerce et encore moins ne s’est posée en initiatrice d’un quelconque phénomène humanitaire de dimension internationale. Faire du social tant au plan national qu’au niveau international, servir de courroie de transmission là où cela est nécessaire et indispensable, y compris, à la faveur des voyages internationaux, déplacements payés par l’Etat Français ou autre, c’est servir non pas sa gloire chimérique, mais l’Etat Français, dans le cas de la France, cet Etat qui paie ces missions et rend ce service au sommet possible.

Il ne faut pas confondre le soi et la position institutionnelle. Sauf lorsqu’on est soi, fondateur.

Les gens qui viennent des ZUP ont un déficit inné et rédhibitoire de la compréhension des choses de ce monde et du pouvoir. Les études ne peuvent rien malheureusement. « Rendez-nous nos filles », que l’on sache, l’info est venue des US en premier et s’est répandue comme une traînée de poudre et n’appartient à personne au point de pouvoir en revendiquer une quelconque paternité voire exclusivité de pression. Du grand n’importe quoi. Je sais bien qu’on est en France, le pays des promotions canapé et des copains, mais tout de même.

CNN a fait le pied de grue au Nigéria, pendant deux semaines, dès l’annonce de cet enlèvement, avec une de ses journalistes-vedettes, couleur locale, envoyée surplace pour des reportages quotidiens live. La cellule d’éveil a été maintenue le plus longtemps possible.

Et si certains sont si social et humaniste qu’ils le déclament, le 9-3 est plein de filles dans le besoin. Blacks de surcroît. Courez-y pour qu’on vous y voit et de grâce restez-y.

On ne peut pas comprendre le pouvoir lorsqu’on vient de la ZUP. On ne peut pas en saisir la quintessence, ni les vibrations profondes, car ce sont  là des choses qu’on apprend nulle part. On les connaît ou pas. C’est un peu comme cette phrase sybilline de Potter disant ceci « si tu ne sais pas, il est inutile de poser la question. Et si tu sais, il suffit de demander ». J.K. Rowlings.

Autrement dit, on ne peut pas accompagner un Homme de Pouvoir dans des fonctions suprêmes, si on n’est pas du sérail. Cela semble mission impossible. A un moment donné, là où on attend d’avancer ensemble, ce qu’on voit c’est un décalage persistant : l’un restant de plus en plus derrière alors que l’autre court devant. C’est irrattrapable et n’importe lequel des élastiques se rompt ou se distend. Pendant que l’un s’ennuie, se larmoie et pense attouchements et contacts physiques, l’autre ne peut plus envisager de contacts physiques voire sexuels non transcendés par la magie du Pouvoir. Malheureusement, n’entrent dans ce cercle du Pouvoir que quelques élus, et non des appelés, car il y aura beaucoup d’appelés et peu d’élus. C’est quasiment métaphysique. Le plus étonnant est que la mue se fait de manière quasi instinctive. On est programmé ou non à cette mue. C’est un don et une Grâce.

Comment voulez-vous enseigner la métaphysique à des gens qui ne peuvent pas se dévêtir de leur corporalité pour se transcender en autre chose. C’est un peu l’effet papillon qui se joue ici. Il faudrait recréer certains pour qu’ils y arrivent et franchement, il n’y a pas de temps pour cela. C’est soit tu sais et il suffit de demander, soit tu ne sais pas et ce n’est pas la peine de demander, tu ne comprendras pas. C’est trop tard.

Lorsqu’on entend une phrase sublime telle que celle-ci, une phrase qui dit tout du Pouvoir et de l’instinct créatif et qui vous parle de l’Ecriture, on mesure toute la distance qu’il y a entre le poids de l’éternité et les salamalecs à l’eau de rose saupoudrés d’un King-Kong Humanitaire. Depuis quand déjà ? …. 2012, deuxième semestre. Ouais.

Boko Haram n’a pas libéré les filles, et alors ? C’est dans l’ordre des choses. Tout ceci repose entre les mains du président Jonathan Goodluck et de son gouvernement et surtout pas entre ceux des humanitaires qui n’y peuvent rien. La pression, elle est exercée de partout au sommet. Les drones et les satellites du monde entier aident et c’est bien ainsi.

Boko Haram utiliserait les filles comme boucliers humains ou porte-flingues, lors de ses opérations. Quelle pression humanitaire peut changer cela ?

Tôt ou tard, Boko Haram fera une erreur, car à trop jouer avec les nerfs des gens, on finit par se prendre à son propre jeu et là se produit toujours une erreur fatale. Alors, il faut attendre et parfois le silence et la patience sont les meilleurs armes.

Donc on ATTEND et chaque jour qui passe désormais joue contre Boko Haram. Ils le savent d’ailleurs. A l’instant même où ils n’ont pas démenti l’annonce du Président Goodluck, ils ont confirmé ses propos et, à cet instant, le non-respect de leur parole, tout groupe terroriste et armé qu’ils sont, joue contre eux.

On me dira, mais ils n’ont aucune conscience et donc aucune parole. Pas si sûr. Ils ont demandé un échange de prisonniers qui n’a pas été accepté en bloc. Probablement que c’est cet échange de prisonniers qui doit coincer  – Boko Haram veut tout ou rien et le gouvernement ne l’entend pas de cette oreille.

Il ne faut donc pas parler à tort et à travers.

ON ATTEND ET CA VIENDRA. CAR ON NE VOIT PAS COMMENT CETTE SITUATION POURRAIT TENIR SUR DES ANNEES. CA PEUT ETRE POUR LE MEILLEUR COMME POUR LE PIRE MAIS IL Y AURA UN CHANGEMENT. C’EST CLAIR.

Lire BOKO HARAM. LE NIGÉRIA, LE NIGER, LE TCHAD ET LE CAMEROUN CRÉENT UNE FORCE RÉGIONALE.

AFFAIRE PISTORIUS : LA MERE DE SON EX PUBLIE DES FEUILLES SORDIDES

Selon elle, sa fille lui aurait dit que la liaison n’avait pas été consommée. Comprendre il n’y a pas eu de rapports sexuels.  Pistorius est donc impuissant. Les bras m’en sont tombés. A supposer que ce soit cela le projet. Comment peut-on publier un tel torchon ? Ca veut dire quoi exactement ?

Que la victime aurait commencé l’écriture de son livre, avant de le quitter ?

Que c’est la mère, qui venait au Tribunal, éplorée, alors qu’elle était entrain de préparer un second crime sur Pistorius, avec un livre-flingueur, après le premier crime de la rupture annoncée par sa fille ?  Ils ont vraiment trouvé leur poire, cette famille. Le mec ne bandait pas, mais Reeva est restée. Pourquoi ? Moralement, on ne se met pas en couple avec un handicapé pour le quitter comme cela. Ca ne marche pas ainsi. S’il est impuissant, c’est encore pire.

Pire encore, Reeva se serait enfermée la veille quelque part dans la maison, au moment où le couple se disputait et aurait appelé sa mère pour la tenir au courant de la menace qui pesait sur elle. Pistorius était déchaîné et, elle le savait armé jusqu’aux dents. Franchement, n’importe quelle mère qui entend cela se déplace sur les lieux tout de suite ou envoie la police pour voir.

Pauvre Pistorius qui a proposé de l’argent à cette famille qui lui a dit non. On comprend maintenant pourquoi… ils avaient une meilleure offre… une bombe sur son intimité. Ce livre est de nature à raccourcir la durée de prison de Pistorius et sa présence dans une prison.

MMS. Si tu ne sais pas, il ne faut pas poser la question. Et si tu sais, il suffit de demander.

Alors, sur la liaison non consommée, voici une blague africaine : on l’appelle MMS. C’est donc une image. L’histoire dit ceci :

Quand on est jeunes mariés, le sexe c’est matin, midi, soir.

Quand on prend de l’âge, c’est mardi, mercredi et samedi.

Lorsqu’on en prend un peu plus, c’est mars, mai et septembre.

Pour finir par MES MAINS SEULEMENT = MMS. Au moment où il n’y a plus d’érection possible. La blague n’intègre pas la prise de viagra et autres drogues boosters de la libido.

Mes mains seulement. Il faudra ajouter la bouche. L’homme a des substituts du pénis.

Une autre blague concerne une chanson africaine d’une femme qui rencontre un homme en boîte de nuit. Ils sont très attirés l’un par l’autre au point de rentrer ensemble chez l’homme. La femme est très excitée et demande à son nouvel ami de la prendre là. Celui-ci n’y arrive pas. Elle fait tout, mais la mèche ne prend pas. A un moment donné, emportée par l’alcool, les effluves de la nuit et tout le reste, elle lui crie, dans une forme d’hystérie provoquée par un désir qu’elle ne maîtrise plus – probablement dû à trop de twerks en boîte de nuit et de zouk collé-serré.. elle lui crie « appelle ton père ».

Appelle ton père, sous-entendu pour qu’il fasse le job.

Si je dis à Pistorius, « tu aurais dû appeler ton père, mon gars, si Reeva a dit vrai », il va me dire « très drôle ». Et il aura raison. En fait, je voudrais lui dire, les MMS et la langue plus la bouche, s’il n’avait que cela et s’il a su s’en servir, il n’a pas à en rougir.

Encore un nouvel Ecrivain Pipol qui va sévir.

Si tu ne sais pas, il ne faut pas poser la question. Et si tu sais, il suffit de demander.