L’âme noire Française : sa mauvaise conscience. Son enfer éternel.

La mauvaise foi d’une certaine frange française, lorsqu’il s’agit de parler d’immigration, des immigrés et de leurs revendications civiques transformées en « revendications communautaristes » voire en « communautarisme victimaire » est un phénomène tellement récurrent qu’il s’apparente à un fondamentalisme qui ne dit pas son nom, forme d’intégrisme laïc.

Comme cet autre intégrisme laïc qui prône l’égalité entre les hommes et les femmes ou les filles et les garçons en les soumettant aux mêmes régimes. S’il est vrai qu’il y a un espace, des lieux communs à partager, il n’est pas vrai que l’égalité entre les différentes catégories des populations, les âges, les sexes est atteinte en appliquant à tous le même traitement.

Exemple : tout le monde doit payer l’impôt et puis quoi encore ?

Tout le monde paie déjà la TVA et l’arnaque de la hausse des prix doublée d’une inflation insupportable, qui a vu les prix augmenter 6 fois plus vite que les salaires, a accentué la pauvreté et créé de nouvelles classes de pauvres à la pelle.

Pourquoi tant de mépris, lorsque les médias et les politiques en France parlent des Noirs voire de l’immigration ? Aujourd’hui, j’ai capté deux articles méprisants et dégoûtants chez Yahoo.

« La décapitation symbolise le progrès », selon Dieudonné – dans le Monde.

et Taubira, la diva qui cherchait l’occasion pour s’offrir une sortie du gouvernement spectaculaire – (Atlantico)

On va commencer par le second, d’abord pour dire que ce site se sert des thèses d’un FN dilué et non assumé en alibis républicains. Je sais bien que Marine a la cote depuis l’élection de Hollande et qu’en flirtant avec elle, ça peut rapporter gros. Chacun gère sa boutique comme il peut et loin de moi l’idée de dire quoi que ce soit à qui ce soit, étant moi-même en construction.

Un mot quand même sur cette construction qui prend plus de temps que prévu. Cela est dû en premier lieu au positionnement : comment faire la pédagogie et informer les citoyens afin qu’ils comprennent le champ de la négociation publique et qu’ils puissent en tirer une source de confiance et de force pour eux-mêmes ?

Si j’entre dans une logique mercantile, dès le départ, le projet peut s’y perdre et c’est un risque sérieux. Maintenant, il faut bien que le site vive, que je gagne de l’argent comme on dit et que le projet plus global arrive. On est en France, l’endroit où l’initiative et l’innovation voire l’expérimentation n’ont pas de place.

On est en France, l’endroit où il faut deux fois plus de temps qu’ailleurs pour faire démarrer un projet.

On est France où aucune banque, aucun financier ne prend aucun risque sur tout ce qui n’a pas de matérialité et de rentabilité immédiate.

On est en France où les formalités et tout l’embrouillamini des structures d’accompagnement donnent  le tournis et personne n’écoute vraiment, ni ne semble comprendre autre chose que l’immédiateté et le présent.

On est en France où, au lieu de vous aider à poursuivre une expérimentation, les collectivités territoriales et leurs conseillers vous diront de laisser tomber le RSA et d’aller trouver un job « alimentaire » pour vous financer par vous-mêmes. Mais le RSA, c’est de l’alimentaire. Que nenni vous disent-ils. C’est de l’assistanat. Je suis donc une assistée qui vous assiste. C’est génial.

Vous connaissez ma vie et vous savez que si le RSA est ce qui reste de mon fric perdu, en coopérant avec des escrocs publics que sont les collectivités territoriales, alors, il en sera ainsi tant que je n’ai pas accroché mon sac là où il était tout au moins. Nous avons quitté l’Afrique, parce qu’on nous racontait des sornettes là-bas dans le genre, La France c’est le pays des Droits de l’homme, le pays du mérite, et bla bla bla et bla bla bla que du positif. On crée une illusion et un rêve qui, une fois surplace s’avère impossible à réaliser en suivant ces discours fallacieux.

On joue le jeu, au départ, pour se rendre compte à quel point l’homme blanc est jaloux et empêche le succès et la réussite de ce qui n’est pas blanc. C’est ça le fondement. Ma faute, c’est d’avoir été naïve et d’avoir cru ces discours pathétiques. Si j’avais connu le colonialisme, j’aurai compris très vite. Malheureusement, je suis une enfant d’un Gaullisme, celui qui prônait l’indifférenciation entre la métropole et ses ramifications post-colonies.

Ce Gaullisme fait que je suis Secrétaire de Direction aux Brasseries du Cameroun qui était alors la plus grosse boîte en CA et en personnel et en couverture territoriale nationale en 1981. J’ai 21 ans et je possède un BTS Secrétariat de Direction. Mon patron est blanc, ancien d’HEC Paris, bien évidemment. J’ai un salaire de cadre. A l’époque, je gagne 300 000 francs CFA,  plus des avantages d’avances de trésorerie. Le Franc CFA est fort. On l’appelle le franc suisse africain. 300 000 francs CFA aujourd’hui, c’est le salaire d’un universitaire et 400 000 s’il fait de la recherche.

J’ai laissé tout cela pour venir en France, satisfaire une curiosité intellectuelle qui ne m’a jamais quittée. A la recherche de mon Moi profond. Ayant grandi dans une famille politique, j’ai refusé d’assurer le secrétariat du parti unique du président Ahidjo pour les jeunes et les femmes du parti. Les réunions du parti se tenaient à la résidence de mon père, alors sous-Préfet de Yaoundé 4ème. Un fief politique et économique puissant.

Un temps, j’ai assuré le secrétariat du Rotary Club du Cameroun, l’année où mon premier patron de HEC avait assuré la Présidence. Cela se faisait en même temps que le job aux Brasseries du Cameroun à Yaoundé.

Lorsque j’initie un projet ici sur la politique de la Ville ou que je travaille avec les autorités, pour moi, c’est de la routine. Mais, lorsqu’on me vole, là c’est nouveau. Entre gens d’une certaine classe, il y a ce qu’on appelle le code de l’honneur. Les élites en France ne savent pas ce que c’est. Et çà, jamais je n’aurais pu l’imaginer, même pas en rêve. Car, je n’oublierais jamais que mes enseignants blancs et/ou des îles de la coopération française et mon boss de HEC, bien blanc, m’ont donné une formation solide et il la donnait sans compter. J’ai cru qu’ils représentaient le Français. Eh beh, je me suis bien trompée. Le Français est profondément malhonnête.

J’arrive ici à 25 ans, parce que, premièrement, ce patron est affecté en Côte-d’Ivoire et deux, j’ai fait le tour du Secrétariat de Direction et je veux poursuivre mes études. Je laisse tout cela, argent, voiture, confort matériel, luxe, tout derrière moi pour cela.

Franchement, une vie vaut la peine, dès lors qu’on peut réaliser ses rêves et accomplir ce en quoi on croit et ce pourquoi on est calibré. Et tous les obstacles du monde, naturels – comme d’avoir transité par la France et de m’y être enlisée par naïveté – ou créés par les hommes – le racisme institutionnel leur servant d’alibi pour insulter, mépriser, humilier et débiter des sornettes d’un autre âge, tous ces obstacles ne peuvent, n’ont pas pu m’arrêter. Ce n’est pas maintenant. C’est trop tard. Je ne peux qu’avancer et bon sang, si j’avais encore l’ombre d’un doute, quand je vois les résultats de cet Eclairage sur les Citoyens du Monde, y compris de la France ; lorsque je vois leur courage devant un Système néo-nazi importé partout, en France en premier, en Europe, en Occident, dans le conflit Israélo/Palestinien, dans le monde arabe, en Afrique et maintenant en Ukraine, je me dis que le jeu en vaut la chandelle.

Mais avançons.

Celle qui a fait perdre Lionel Jospin en 2002 restera, malgré d’incontestables talents oratoires, le symbole tant de la déliquescence de la justice que de la dénaturation du mariage et du communautarisme victimaire. Citation de Atlantico.

Communautarisme victimaire.

Ce type de propos doit être combattu, parce que travesti et mensonger. Cynique devrais-je ajouter. Lorsqu’on veut parler négativement de l’immigration, on dénonce leur communautarisme : la tentation communautaire, a-t-on dit. Ce qu’on oublie de dire, c’est que le repli sur la communauté est la conséquence de la faillite de la République. Disons de la promesse Républicaine. Après, on essaie de rectifier le tir par des concours genre sciences Po, soit disant ouverts aux enfants de la banlieue. Des faveurs donc. Ce dont j’ai profondément horreur.

Les gens comme ceux d’Atlantico répliqueront « la belle affaire », ils se victimisent en accusant déloyalement la République de leur avoir menti sur ses promesses, alors qu’au même moment, la République leur paie des allocs pour leur abondante progéniture, le RSA et les indemnités chômage pour leur fainéantise légendaire.

Je soutiens ici que je perçois le RSA – suite logique du sabotage du projet – et pourtant aucun dirigeant en France, aucune élite française ne pèse sur le débat public plus que moi, ni au plan national, ni au plan international. Je soutiens ici que aucun d’entre eux n’a plus d’influence que moi et je soutiens ici que aucun ne nourrit intellectuellement le débat plus que moi. Ils gagnent 2 000 à 100 000 euros par mois. Oui, pour quelle productivité ? Quasi nulle. Et j’ajoute que je ne le fais pas pour prouver quoi que ce soit à qui que ce soit, mais par passion et par devoir. Si j’ai cette capacité à communiquer et à faire comprendre les choses, alors, il devient essentiel que je le fasse. Pour le bien de tous.

La communication fait partie de ces choses que chacun croit pouvoir maîtriser. Tout comme la Politique. J’ai beaucoup aimé la propos de J.P. Raffarin disant qu’il parlait « la langue professionnelle de la politique » avec le président Chirac. La communication c’est pareil. A ne pas confondre avec la publicité. La communication est civilisation et est politique. Si j’ai passé 10 ans à la Fac à l’apprendre, et si j’ai eu l’autre chance exceptionnelle d’avoir grandi dans un milieu politique, je suis deux fois bénie. J’en ai une connaissance à la fois intuitive et raisonnée. C’est une chance unique qui, j’en suis convaincue, me servira partout ailleurs, ne m’ayant causé que du tort en France.

Mais, disons que c’est bien fait pour moi. Je n’avais qu’à me coucher comme tout le monde et tout aurait été lisse.

J’avais promis à Hollande qu’il n’irait pas loin avec l’élection volée. Il a ri. Je me réjouis que les sondages n’aient jamais dépassé les 20%, en vrai. Il sait que j’y suis pour beaucoup – il comprend la langue politique – et ne supportant pas la défaite, il ne pouvait que pâlir à chaque livraison des sondages, nous dit Valérie Trierweiler. J’achèterai son livre. Sans manquer. Et je conseille aux lecteurs de l’acheter. La nausée, c’est tout le système médiatico-politique – les médias en premiers – qui la donne.

Que la France se console, bientôt elle pourra économiser le RSA qu’elle me paie et les vaches seront bien gardées, chacun chez soi. Et, au besoin, si elle le veut, si Mr. Cazeneuve qui trouve que l’immigration est angélique dans une France paradisiaque le veut, je peux leur rendre la nationalité française et la carte d’identité quand ils le veulent, à lui et sa clique.

Face à l’immigration angélique, quid du pétrole, de l’uranium, et de toutes les matières premières qu’ils volent dans ces pays d’émigration ? Quid des marchés colossaux et des transferts de technologies et des paradis fiscaux ? Je veux dire que ces Ministres incultes de la Hollandie dont le mérite premier est l’appartenance au cercle premier du roitelet Hollande amusent le monde entier.

Quand Atlantico vous dit « communautarisme victimaire », il décrit un processus sordide qui est le suivant. Premièrement, il nie le « racisme institutionnel » qui disqualifie, déclasse et sépare les citoyens comme on sépare le bon grain (blanc) de l’ivraie (noirs et immigrés). Ce racisme est aisément qualifiable d’institutionnel, car, il est pris en charge par des barrières institutionnelles invisibles – le fameux plafond de verre – derrière lesquelles toutes les bonnes consciences et les discours mielleux s’abritent.

Ces barrières institutionnelles invisibles sont postées presque partout dans la société. Le phénomène de l’exclusion, des discriminations est donc systématisé, c’est-à-dire parfaitement intégré au système pour faire corps avec lui. Atlantico peut ainsi se déclarer non raciste, puisque « seul le prononçé fait foi » dirait Hervé Morin. Il peut tenir des propos comme celui qu’on analyse ici, et être parfaitement à l’aise.

Disqualifiés, les immigrés se replient sur leurs communautés. C’est un refuge qui leur apporte du réconfort et leur donne une identité. Si les européens voulaient une preuve de cette disqualification identitaire, les jeunes Français, Britanniques partis en nombre – 200 à 400 – pour chaque pays pour faire le Jihad en Syrie sont là pour constater l‘échec d’une politique de catégorisation raciale et raciste dans ces pays. Ces deux pays-là claironnent pourtant partout combien ils sont intègres. Simplement, entre les paroles et la réalité, le hiatus est là et fait force de Loi.

L’homme Blanc a organisé le Système à son profit, partout dans le Monde. Si vous dénoncez cela, vous êtes soi un Dieudonné, soit un victimaire. C’est le fondement de ce qu’on a appelé « la double contrainte ». Là où cela fonctionne, c’est qu’on a fait croire aux petits blancs que ces gens-là qui se plaignent, vivent aux dépens de la société, comme des sangsues, des vampires, des profiteurs d’un Système qui, on ne le dit pas, les rejette et d’un, et de deux, profite (le Système) d’abord à eux les Dénonciateurs de bonne conscience.

Vous avez vu que le chômage grimpe inexorablement, mais on va sanctionner ceux qui ne cherchent pas du travail dans le désert. Déclaration du Ministre Rebsamen, les grands rentiers du système.

Pendant ce temps-là, pour Wauquiez, je suis un cancer et Thevenoud, un parlementaire de France qui a tous les privilèges de la République, ne paie pas d’impôts depuis 3 ans qu’il ne les déclare pas. Cela n’a pas empêché qu’on le nomme au Secrétariat d’Etat du Commerce Extérieur déficitaire. On s’en est aperçu plus tard. Mais que fait le fisc pour ne pas voir qu’un parlementaire n’a pas déclaré ses impôts ? Régime spécial ? C’est une blague.

A ce rythme, le gouvernement peut nommer un pédophile pour s’en apercevoir plus tard.

Chez Audrey Pulvar (LCI) hier soir, on en parlait et elle a souligné le fait que ce Monsieur Thevenoud a fait partie de la commission sur la transparence de la vie financière des élus et se disait ne pas être un Cahuzac. L’hypocrisie est à son comble. L’UMPiste présent a reitéré son désir de voir tout le monde assujetti à l’impôt.  Avec des propos de ce genre, l’UMP doit revoir sa copie qui ne brille pas par l’excellence, ni même par le bon sens.

Ce climat délétère est, plus encore que la situation économique en tant que telle, le ressort du mécontentement généralisé dans ce pays nommé France.

Oui ou non, faut-il des minimas sociaux et un minimum vital ? La France peut répondre non ou oui, c’est son problème et celui de son élite mensongère et cynique.

Dieudonné calomnié par le Monde.

Là, la malhonnêteté est à son comble : les larbins de service, les prostitués du système sont à la manoeuvre. Lisez les commentaires de yahoo (1), c’est la meilleure réponse à ce journalisme des bas-fonds.

A force de se mentir à elle-même, la France s’est vautrée dans la bêtise, la bassesse et la petitesse. Elle est devenue une Nation banale. Un petit Etat dans le Monde. Quelle tristesse, quelle misère.

La régression de la condition humaine et celle de la démocratie nous montrent que l’homme est aujourd’hui face à un  dilemme : se prostituer pour vivre ou paraître vivant ou s’indigner et résister et être prêt à voir fondre sur lui toute la racaille des prostitués et des larbins du système international néo-nazi devenu sioniste dans l’âme. 

Comment en est-on arrivé là ? Réponses : les gardes-fous ont tous sauté, les uns après le autres. Redresser la France consiste d’abord a retrouver ces gardes-fous dans un premier temps et à les replacer dans un second temps avant de renforcer leur assise, dans un troisième temps. Bon courage.

Césaire. Citation d’hier.

La colonisation, je le répète, déshumanise l’homme même le plus civilisé ; que l’action coloniale, l’entreprise coloniale, la conquête coloniale, fondée sur le mépris, tend inévitablement à modifier celui qui l’entreprend ; que le colonisateur, qui, pour se donner bonne conscience, s’habitue à voir dans l’autre la bête, s’entraîne à le traiter  en bête, tend objectivement à se transformer lui-même en bête. C’est cette action, ce choc en retour de la colonisation qu’il importait de signaler. p. 21 – Discours sur le colonialisme.

Tous des bêtes. Le Monde y compris. « En attendant le vote des bêtes sauvages  » (Livre de Kourouma). Mon drame est que les immigrés ne m’écoutent pas, car lobotomisés par ces discours laicards qui les tétanisent. S’ils me suivaient, depuis le temps, ils seraient une force. Mais ceci est une autre histoire. La conscience politique n’est pas innée.

Quand vous voyez que le Monde a publié un numéro sur l’histoire de l’Occident, et que les seuls blacks qu’ils ont trouvés résident hors de France, quel crédit accorderez-vous à de tels hypocrites qui font croire qu’il n’y a pas de Noirs en France capables de dire des choses intellectuelles. C’est du racisme vomitif. Ecoeurant et méprisable pour le coup pour ce journal qui demain va critiquer les immigrés qui osent et les Noirs qui réussissent pour les casser. Ils vont voir Achille Mbembe en Afrique du Sud, un Camerounais, pour commenter leurs publications. Pendant ce temps-là, ils cassent Dieudonné, cet autre Camerounais d’origine. C’est très colonial ce système, on se sert de ton frère comme bouclier, pendant qu’on te tue.

L’âme noire française a de beaux jours devant elle. Ce faisant, elle construit elle-même son propre enfer. C’est la bonne nouvelle.

L’autre bonne nouvelle, c’est que l’Afrique doit reprendre son destin en main. Comment ? C’est l’objet du prochain article.

———————

(1) J’en ai piqué trois. Je parle des commentaires de fond et non de forme, version perroquet des clairons d’un « commnautarisme victimaire ».  

1. C’est marrant de voir comment les merdias isolent à leur guise une phrase qui du coup devient dénuée de sens! Dans la vidéo ce passage est très marrant, il compare la décapitation de Foley aux décapitations que pratiquaient les colonisateurs Européens en Afrique qui apportaient la « démocratie » et le « progrès » aux peuples Africains…

2. Quelle mauvaise foi du journal de Monde et de la pègre gouvernementale que de faire croire que cette phrase de Dieudo doive être prise au 1er degré! C’était évidemment de l’ironie mordante de sa part, regardez la vidéo et soyez un peu honnêtes! Son message est CONTRE TOUS les fanatismes, contre TOUTES les violences. Mais il dit : condamnons les décapitations d’ISIS, mais aussi tous les massacres commis par les atlantistes, en Lybie, en Irak, ou dans le passé avec l’esclavage et la colonisation.

3. une phrase ironique sortie de son contexte…
Dans la vidéo, il montre les mises à mort de Kadhaffi, Saddam Hussein , Louis 16, des noirs décapités par des colons … pour symboliser de manière ironique.. le progrès de civilisation que l’on apporte ds le monde (Irak, Lybie).