Pacte de Responsabilité : si la Droite vote ce pacte filou, elle sera dans l’instrumentalisation.

 Au moment où je m’apprêtais à écrire les premiers mots de cet article, je suis tombée sur un article du Point dans Yahoo. Encore 31 000 fonctionnaires de plus dans la « territoriale ». Accablant !

Par Par Jean Nouailhac | LePoint.fr – il y a 2 heures 2 minutes

Ces agents supplémentaires coûteront plus cher que les 50 milliards d’euros d’économies prônés par Manuel Valls ! On marche sur la tête.

Ils ont écrit Accablant ! J’ajoute Stupéfiant !

S’il fallait une raison supplémentaire pour s’abstenir de voter ce pacte filou, on l’a sous les yeux dans cet article du Point. La classe politique est incorrigible et il faut que cela cesse.

Et dire que la Droite hésite encore. Hier, j’écoutais Hervé Morin dans le journal de la nuit chez BFM débattre avec un jeune député – en tout cas nouveau, comparativement aux acteurs précédents frappés de sclérose en plaques, Laurent Baumel qui me plaît de plus en plus. Voici quelqu’un de libre enfin ! Quelqu’un qui dit qu’il n’a pas peur des réprésailles. Quelqu’un qui mouche l’argument en-dessous de la ceinture de Hollande : un mélange de chantage à la Biya (le président Camerounais) qui fait chanter les Français Africains désireux de s’installer et de rentrer en Afrique, chez eux, et des arguments ras-des-pâquerettes moquant le fait que les Députés « frondeurs » comme on dit – moi je dis lucides, honnêtes et courageux – ne sont pas prêts à laisser passer leurs indemnités. Laisserait-il son salaire de côté, notre président ? Lui qui  n’a pas hésité à entretenir sa maîtresse et sa progéniture aux frais de l’Etat et qui devrait en être comptable.

Dernière info en date, il semblerait que notre suicidée qui a manqué son suicide à l’Elysée a donné une fête à la Lanterne, dans la résidence de la République en squatt. Aux frais de qui, s’il vous plaît ? Et la Droite est prête à cautionner tout ce bordel ? A quelles fins ?

Laurent Baumel a répondu aux arguments niveau trottoir du président de la République par un je gagnais ma vie mieux lorsque j’étais Haut fonctionnaire que comme Député. Ca fait mouche. Moi qui pensais que les hauts fonctionnaires de la fonction publique trustent un peu trop les mandats d’élus, j’ai pris une leçon de bon sens. C’est peut-être la voie royale, car ainsi,  les députés et les élus ne craindront pas d’être eux-mêmes et de rendre compte d’abord à leurs électeurs et non à leurs partis, toujours dans le faux et la magouille électoraliste. Il y a une grande différence entre un élu qui craint d’aller pointer au chômage ou d’ouvrir une agence de com à la ramasse et celui qui sait qu’il peut retrouver son poste, à tout moment. Le premier est corruptible à volonté et à la merci des intérêts du parti, le second peut servir l’intérêt commun.

Laurent Baumel a donc fait la différence devant Hervé Morin, qui semblait prêcher pour sa paroisse : baisse des charges pour les entreprises. Oui, lui a répondu Laurent Baumel et d’où proviendra la demande permettant d’augmenter l’activité, si on coupe les vivres aux demandeurs potentiels : les fonctionnaires, les exclus, les chômeurs, les jeunes en apprentissage, les seniors, les retraités et les bénéficiaires des minimas sociaux. Le bon sens, disait Descartes devrait être la chose la mieux partagée au monde.

Au final, le gouvernement a voulu se servir des classes énumérées ci-dessus comme variable d’ajustement  pour faire de la macro-économie d’épicerie – une contradiction fondamentale – en évitant malignement le problème de fonds : la mauvaise gestion territoriale et le train de vie princier de l’Etat qu’il faut réduire, car c’est lui qui augmente la dépense publique et qui en est l’angle mort premier.

L’autre volet, evité par un Arnaud Montebourg, le forcené du made in France qui ne le voit qu’à partir de la France, est la compétitivité de la France à l’International et cela peut être du made in Africa by France ou le made in France in Africa. J’avais dit ici que j’avais deux suggestions à faire à Monsieur Hollande pour l’aider à sortir de la faiblesse intellectuelle et créatrice de son quinquennat. En prenant exemple sur la conquête mondiale de Toyota qui a fait de sa marque le leader de l’automobile au monde, par une qualité irréprochable, j’invite la France en Afrique pour y réaliser deux choses : une industrie solaire et éventuellement éolienne pour donner de l’électricité gratuitement aux Africains où qu’ils soient, car le Soleil est un don du Ciel là-bas et doit être redistribué en électricité gratuitement. En contrepartie, le prix de l’uranium et d’autres matières premières serait revu en conséquence. Et le coût de l’électricité ici pourrait diminuer en proportion. Tout le monde s’enrichit et se développe.

J’invite la France en Afrique pour y développer une Sécurité Sociale pour Tous, sur le modèle de la CMU. L’Afrique des individualismes et des leaders opportunistes maîtres de la corruption de tout en Afrique et du laisser-faire est débordée et incapable de le faire. Une Industrie de la santé et une de l’énergie, nouvelle version. C’est formidable.

En ce moment, les sociétés de fournitures d’eau et d’électricité, probablement sous la coupe française, sont incapables de fournir de l’eau à tout Yaoundé, la capitale. On passe des journées entières sans eau. Idem pour l’électricité fréquemment coupée au point que les riches et les restaurants et boîtes de nuit ont un groupe privatif chez eux. J’espère que les hôpitaux aussi en ont un, sinon gare à la panne d’oxygène et de lumière en salle d’opération. L’hôpital en Afrique, un autre chantier désert, faute d’intelligences et de volontés.

Bien sûr, le temps de la colonisation est fini. Il va de soi que ces choses-là se font ensemble avec les Africains, au sein d’une coopération des Intelligences et du Respect mutuel avec en toile de fond le développement et l’immigration.

Toyota est venu sur le terrain Américain pour conquérir le monde ; si le groupe avait attendu chez lui, il attendrait encore. La France doit repartir à la conquête du monde, un peu sur le modèle de ce que Cameron fait avec l’Asie. Non pas seulement pour sucer, mais aussi pour donner, car donner c’est recevoir en retour.

La plus value pour la France est l’exportation d’un know-how  ou d’un knowledge industriel et si on ne peut plus penser l’industrie ici – cf Alsthom – alors, il faut la penser ailleurs. En raison des liens qui ont toujours lié l’Afrique à la France, des liens que le Général savait faire fructifier, allant jusqu’à inviter les Africains à aider la France à se libérer de l’occupation allemande, au nom de l’Empire en danger de mort. Hier encore, un documentaire sur la Libération était diffusé. Très instructif.

Chez Amazon.com
Chez Amazon.com

Lorsqu’on me demande de choisir entre être française et camerounaise, je me marre. Ces deux choses là sont indissociables. Nous parlons Français, depuis notre naissance, pas camerounais que je sache. Nous sommes éduqués à la Française. Tous les Africains qui sont nés avant les indépendances  africaines peuvent reintégrer la nationalité française, s’ils le désirent. Encore aujourd’hui.

Demander à la diaspora de renoncer à la nationalité française pour être réadmise à la citoyenneté camerounaise me fait penser que la France ne m’a pas demandé de renoncer à la nationalité camerounaise pour devenir Française. Il faut que l’Afrique cesse d’être plus royaliste que le roi, au moment où elle est dans l’incapacité d’assurer les besoins minimum de son peuple.

Il y a un débat sur le développement de l’Afrique : il y a ceux qui tablent sur un retard de 200 ans et donc, il faut ce temps-là à l’Afrique pour sortir de l’ornière et il y a ceux comme moi, qui prennent pour exemple le Japon et la Chine et qui tablent sur 30 ans, mais alors 30 de boulot et de professionnalisme. Biya a annoncé une « Emergence à l’horizon 35 » soit dans 20 ans maintenant. Mais, c’est comme pour ce pacte de responsabilité, premièrement c’est un slogan creux, deuxièmement, on a une feuille de route chancellante. Pire, tout cela avec un personnel amateur.

Bricolages

Ce plan de responsabilité – ce mot ne veut rien dire ici – chez BFM, un économiste préférait parler de plan de courage et/ou de compétitivité, cache une mauvaise intention primordiale : le sacrifice des classes populaires et son cynisme économique. Face au rejet massif et au scepticisme des députés socialistes, le gouvernement a procédé à divers replâtrages : un plan banlieue de 600 millions d’euros en guise de plan anti-jihad. Où était ce plan depuis 2012 ? On nous prend vraiment pour des gogos qui boivent tout.

On a annoncé que finalement, les petites retraites ne seraient pas touchées fixant la barre à 1 200 euros. Problème, ce dispositif est juridiquement attaquable, car la retraite et son augmentation sont de droit et un acquis juridique sur lequel on ne revient pas au gré des filouteries  et des approximations gouvernementales. On va augmenter le RSA ; on va élargir le bénéfice de l’apprentissage aux séniors dénaturant ce dispositif alors qu’il y a la formation pour cela et les reconversions professionnelles. On va ci- on va çà et voilà que les promesses de campagne recommencent. Toutes ces promesses cumulées font que, au final, même en baissant les charges sociales des entreprises, le déficit va s’aggraver.

Standard and Poor’s l’a dit. Seule la Droite ne le voit ni ne l’entend.

On n’entend pas cette droite sur les niches fiscales, sur la suppression des allocations familiales aux familles aisées, sur une ventilation des fonctionnaires, en cas de surnombre de la fonction publique étatique vers la fonction publique territoriale, entre autres. On ne l’entend pas sur une politique offensive sur les marchés à l’international. On ne l’entend pas sur le marché du développement. Etc.. En fait, droite et gauche ont des politiques sans envergure et recroquevillées sur elles-mêmes. Probablement le pourquoi des hésitations de la Droite sur un plan qu’elle pourrait revendiquer. Horribilis.

Elle fera ce qu’elle voudra : cautionner, la médiocrité, la gabegie étatique, l’à peu près, la filouterie car l’intention première ne trompe pas. Ce faisant, elle contredira son projet et son ambition. Mais qui ne voit que ce plan oscille entre insuffisance et insignifiance ?

Et puis côté Intelligence politique, il y aurait beaucoup à dire.

Lire aussi « Au commencement était le Gaullisme ».