UMP. La proposition du comité des sages des ex PM et le clan du refus.

Le lendemain de l’annonce d’un comité des Sages à l’UMP comprenant les ex PM chez TF1, les paroliers des intéressés – à l’exception de Dominique de Villepin qui a dit OUI – sont tous vents dehors pour dénoncer un piège à cons.

Piège ? Non. Coup Politique ? Oui.

De deux choses l’une. S’ils refusent, cela sera mis à leur débit plus tard, comme les fossoyeurs de l’idée du rassemblement, dans leur course effrénée à la présidentielle.

En soi, l’idée dénote d’une haute compréhension de la chose politique, et, probablement même que NS n’a pas calculé son impact à long terme. Connaissant son caractère, il a tout simplement pensé « ça passe ou ça casse ». Si ça passe, je suis content. Si ça ne passe pas, au moins cette fois-ci « on ne dira pas que je n’ai pas essayé d’apaiser », que « je n’ai pas tendu la main à tous »,  ou « que j’ai fait preuve d’arrogance et de mépris », voire « d’un formidable exercice solitaire du pouvoir » (dixit J.P. Raffarin – on a dit sans rancune).

En soi, le geste est fort. Et un non éventuel n’enlèvera rien à cette force qui transcende les courants personnels et sectaires.

Travaillons d’abord à la maison commune, et seulement ensuite à la présidentielle. Premier message d’hier.

Il y aura des primaires. Message d’hier.

Le temps n’est pas à la présidentielle. Pas avant 2016. Autre message.

Le clan du refus est piégé, quoi qu’ils fassent.

Pour être honnête avec Dominique de Villepin (DDV) que j’ai vu sur la table des « Intervenants » dans une conférence de Poutine intitulée « De nouvelles règles ou un jeu sans règles » dans le cadre d’un Nouvel Ordre Mondial à bâtir pour éviter la Libye, la Syrie, l’Irak et le drame de l’Ukraine et ses conséquences, ainsi qu’ISIS, DDV est celui qui avait annoncé que NS avait changé, peu de temps avant son retour. Il demandait ainsi à ses amis de l’UMP d’ouvrir une nouvelle ère où prédominerait la cordialité et d’oublier les querelles et rancoeurs du passé qui maintiennent le parti et la droite en arrière.

Apparemment, il a prêché dans le désert auprès de ses amis qui doivent le considérer comme un Traître. DDV, Juppé, Le Maire, Fillon sont de la Chiraquie pure et dure. Lequel Chirac a déjà choisi Juppé contre Bernadette, je l’adore elle, qui a choisi Nicolas Sarkozy. J’aime Bernadette, car elle fait de la politique et non du clientélisme voire de l’endoctrinement déficitaire au choix avec un opportunisme faillitaire.

NS va continuer à tendre la main sans forcer qui que ce soit. Le rassemblement est d’abord une volonté. Et, en politique, la Volonté est première.

Seul bémol, NS a évité les médias le soir de sa victoire. C’était bien. Il faut faire attention à ne déclarer là-bas que des choses abouties, car les médias, en vertu du nouveau code de la démocratie qui les a établis juges, sentinelles et passeurs, ont déjà pris position en faveur de l’axe Juppé-Fillon-Le Maire et qui sait Xavier Bertrand viendra-t-il rejoindre l’axe de ces nouveaux rénovateurs sifflé en bonne et due forme par  les militants.

Je reconnais que pour Juppé et Fillon qui veulent faire entendre leurs voix, car ayant précipité leur calendrier, because of le retour de Sarkozy, ont peur d’être carrément noyés, en servant l’intérêt collectif, derrière le nouveau Président de l’UMP. Deux ans durant, ils ont rêvé et ils continuent de le faire de la primaire de 2016, sachant d’ores et déjà que l’un se désistera pour l’autre, dans le cadre d’un échange de maroquins futurs. Si c’est cela l’axe du Renouveau, Philae émet toujours, mais nous ne le voyons pas.

Il y a une bonne nouvelle, NS a reveillé un mort-vivant, effaceur des diplômes – j’aurais tout aussi bien pu dire effaceur des mémoires – Monseigneur Cambadélis, nommé et non élu au poste de Premier Secrétaire du PS, grand parti révolutionnaire et du progrès. Mais oui, mais oui.

Avant lui, Harlem Désir, nommé par François Hollande, dans les mêmes conditions. Où crèche-t-il en ce moment ? On ne sait pas. Il vit encore ? Allo, Harlem ? Bonjour, ça va comme tu veux ? Papa Hollande t’a bien bordé et mis au chaud dans ton lit ? T’a-t-il chanté une chanson avant de t’endormir ? Bon sommeil et courage. Il reste 2 ans de sommeil payés à l’oeil. Rassures-toi mon bon ami, tu n’es pas le seul à hiberner : l’Elysée a sombré dans le Grand Sommeil d’où on ne se réveille que pour des déjeuners sur l’herbe et pour des missions suicides à l’étranger.

Ca va Mr. Cambadélis ? C’est quand que vous allez vous réinscrire à la FAC à votre vrai niveau ? Allez-y et revenez nous voir avec de vrais diplômes et on vous répondra. Et surtout faites-vous élire par les militants du PS et non nommer par un comité occulte. Au black en somme.

N’y voyez rien de personnel. Sauf que lorsqu’on prétend à des fonctions, il faut en avoir la stature et la compétence. Là, je suis désolée, le compte n’y est pas. Sauf votre respect.

Vous avez vu le score de Mme lepen ? 100% Candidat unique. Personne n’a voulu aller faire le guignol ou aller au casse-pipe. Un score de Dictateur, Marine le Pen sera-t-elle la première dictatrice politique au monde ? La France est tombée bien bas. Si ce type de blague se produisait en Afrique, en Chine ou en Russie, en France on serait à faire des commentaires sur les scores de dictateurs. Là-bas, dès qu’un dirigeant se fait élire à plus de 55%, c’est un dictateur. Ici, c’est je ne sais pas quoi.

Sinon, pour terminer avec la « petite victoire » de NS (64,5%), petite victoire pour nos amis les journalistes de campagne, je voulais dire du terroir, pour mémoire, au moment des primaires, Hollande a obtenu un peu moins de 40 %. J’arrondis à la variable supérieure. Dans la même fourchette que Mme Aubry. On me dira que Le Maire n’est pas Juppé qui aurait fait un bien meilleur score, en réveillant les abstentionnistes.

42 % de militants n’ont pas voté. Sont-ils Juppéistes et Fillonistes voire XB ? Bien entendu, un tel calcul est absurde. Plusieurs facteurs concourent à l’abstention. Le manque d’enjeu. L’absence de polarisation. Le sentiment qu’il n’y a pas de risque majeur pour le gagnant présumé. Mais aussi, le sentiment que cela ne changera rien. A tout cela s’ajoute l’indécision.

Une règle dit que les absents ont toujours tort. La décision se prendra toujours sans eux.

IL FAUT VOTER ON NE LE REPETERA JAMAIS ASSEZ.

Je crois qu’on peut s’arrêter sur cette idée rassembleuse. Pour le moment…